Le labyrinthe de l'égalité
Sorbonne Université · 2021

Dans le cadre de sa "Rentrée de l'Égalité" les 20, 21 et 22 Septembre derniers, Sorbonne Université a fait appel au collectif take action for equality. L'objectif ? Aborder la thématique des inégalités femmes-hommes via les stéréotypes de genre en interpellant, questionnant et initiant la réflexion de toute personne de la communauté universitaire, qu'elle soit déjà sensibilisée ou non aux enjeux de l'égalité.

Le labyrinthe de l'égalité, une expérience unique

Afin de répondre à cet enjeu, take action for equality a imaginé et conçu une installation unique et sur-mesure : le labyrinthe de l'égalité.

Un labyrinthe de 111m² dans lequel les participantes et participants ont parcouru différentes sphères de socialisation : famille, média, école, université, monde professionnel.

Selon l'article 1 de la Déclaration des droits Humains : “Tous les êtres humains naissent égaux en dignité et en droit” ; ce message était affiché à l'entrée du labyrinthe. Une astérisque invitait les individus à se rapprocher et découvrir qu'en 2021... ce n'est toujours pas le cas.Le ton était donné : à elles et eux de s'aventurer dans le labyrinthe pour en savoir plus.

À la sortie du labyrinthe, les participantes et participants étaient invité·e·s à prendre un temps pour comprendre les chemins parcourus et partager leurs ressentis. Des panneaux étaient à disposition les invitant à contribuer à leur tour, s'ils voulaient témoigner à leur tour, et compléter l'installation avec leurs propres histoires. L'un se concentrait sur ces petites phrases que que l'on n'aurait préféré ne jamais avoir entendues ou prononcées, et un autre les invitait à proposer des actions à mettre en place.

Comprendre l'impact de ses propres constructions sociales

"Le cerveau lorsque nous venons au monde est à peine formé, 10%. La variabilité entre individus du même sexe est égale ou supérieure à la variabilité entre les sexes." Catherine Vidal - Cerveau, sexe et pouvoir, 2005

Le reste est construit en fonction de notre environnement externe, de la manière dont une personne sera éduquée. Nous passons par différentes sphères de socialisation telles que la famille, l'école, les médias, l'espace public, etc. Ces sphères - vectrices de stéréotypes de genre - créent des rôles sociaux qui régissent nos rapports et nos décisions. Les compétences sexospécifiques que l'on retrouve chez les femmes ou les hommes ne sont alors que les produits de l'éducation et ainsi de la plasticité du cerveau, induites par notre environnement. Par exemple, les femmes et les hommes ne sont pas respectivement plus littéraires et scientifiques, d'un point de vue biologique. Si l'on retrouve davantage d'un genre dans chacune de ces filières il s'agit bien d'une construction sociale.

Trois jours, 500 personnes rencontrées, 73 verbatims recueillies, 86 pistes d'actions proposées

Sur trois jours, nous avons eu la chance de discuter avec une multitude de personnes de l'Université : étudiant·e·s, personnel, professeur·e·s, chercheur·ses, doctorant·e·s, etc.

L'effet du labyrinthe est escompté : la majorité des personnes l'ayant traversé restent avec nous entre 5 et 30 minutes pour discuter, comprendre et partager leurs vécus.

Nous avons recueilli 73 verbatims : 73 phrases que l'on n'aurait préféré n'avoir jamais entendues ou prononcées, toutes autant impactantes les unes que les autres. "Sors pas comme ça tu vas te faire violer !" ; "On ne demande PAS à ton frère de t'aider pour la vaisselle. Tu es une femme, c'est ton rôle !" ; "Tu as eu une bonne note au contrôle, tu as bien sucé le prof hier ?" (cette personne était en classe de 4ème) ; "- Je te trouve super intelligente" "- Pourquoi ?" "- Parce que tu penses comme un homme, pas comme une femme" ; "Elle travaille trop pour une mère" ; "Ne fais pas ça, ça c’est juste pour les femmes et les pédés." ; "On ne fait pas des maths à l'africaine ici" ; "Ça fait pupute ta robe."

Et puis des propositions d'actions, car chaque petite action a un sens, un but et peut faire évoluer la société :

- "C'est petit que tout se joue. Soyons plus vigilants en famille, à l'école, dans les activités extra-scolaires... à ce que l'on montre aux enfants"
- "Plus mettre en avant les femmes importantes de l'Histoire"
-"Au lycée.. moins d'interventions pour sensibiliser aux stup, plus de sensibilisation à l'égalité !"
- "Laisser place aux personnes concernées. Respecter le savoir situé"
- "Arrêter de dénuder les figurines d'avatars femmes"
- "Punir les films porno où la femme est un objet et où l'homme viril est supérieur"
- "Venez observer les oraux en physique math et noter les différences de comportements envers les candidats masculins / féminins / non-binaires"
- "Accès à des protections hygiéniques gratuites. Distributions serviettes hygiéniques lavables, solution plus durable que les jetables"
- "Mettre des toilettes neutres/non genrés (au moins les cabines individuelles)"
- "Limiter les injonctions à la masculinité et virilité"

take action for equality, mêler genre design et éducation

Le collectif take action for equality est né de la volonté d'adresser les questions d'inégalité de genre d'une nouvelle manière dans les établissements du supérieur.

Chez take action for equality nous avons décidé de sensibiliser autrement, en mêlant nos expertises au croisement du genre et du design et ainsi de développer des installations sur-mesure.

"Sensibiliser autrement" c'est accepter que les actions "classiques" n'attirent majoritairement que des personnes déjà convaincues. C'est choisir de créer des expériences sensibles et uniques afin d'engager un maximum de personnes.

Après une première expérimentation du Labyrinthe de l'Égalité, le collectif take action for equality est prêt à le dupliquer dans de nouveaux établissements de l'enseignement du supérieur, mais aussi des entreprises privées ou publiques.

Car nous croyons que l'éducation est l'arme la plus puissante pour faire évoluer nos sociétés & qu'il est nécessaire de le faire ensemble, contactez-nous pour en savoir plus & dupliquer le Labyrinthe de l'Égalité chez vous !

Retrouvez aussi les études utilisées

SPHERE DE L'ECOLE

Centre Hubertine Auclert, Manuels de lecture du CP : et si on apprenait l’égalité ?, 2015

COLLET, Isabelle. Faire vite et surtout le faire savoir. Les interactions verbales en classe sous l’influence du genre. In: Revue internationale d'ethnographie, 2015, n° 4, p. 6-22

Girls drop-out at different rates depending on where they live. Sabo, D. and Veliz, P. (2008). Go Out and Play: Youth Sports in America. East Meadow, NY: Women’s Sports Foundation

SPHERE MEDIATIQUE

B.GRESY, M.REISER - Les expertes : bilan d’une année d’autorégulation Commission de réflexion sur l’image des femmes dans les médias - Secrétariat d’Etat à la solidarité, 2011

CSA, « Représentation des femmes à la télévision et à la radio », 2020, données de 2019

CSA, « Représentation des femmes dans les publicités télévisées », 2018

CSA, « Représentation des femmes dans les vidéos les plus vues sur YouTube », 2018

Roles for the boys?” Mining cast lists for gender and role distributions over time, Centre de recherche et de développement européen de Xerox, 2015

UNESCO, « Violence en ligne à l’égard des femmes journalistes : un aperçu mondial des incidences et impacts », 2020

SPHERE UNIVERSITAIRE

ESRI, "Vers l’égalité femmes-hommes ? Chiffres clés, 2021

La Rentrée de l'Égalité

Rapport de l'Observatoire Étudiant des Violences Sexuelles et Sexistes dans l'Enseignement Supérieur, publié le 12/10/2020

SPHERE PROFESSIONNELLE

Baromètre Égalité Femmes-Hommes, 6ème édition, 2020

Étude Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès et la FEPS, 2019

IFOP, Enquête sur le harcèlement sexuel au travail, 2014

Laboratoire de l’Égalité « Guide égalité femmes-hommes ». Ministère du Travail - Secrétariat d’Etat en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes, 2017

MESRI-SIES. Enquête d’insertion professionnelle à 18 et 30 mois des diplômés de master en 2017

Rapport EVE & DONZEL « Egalité professionnelle, leadership au féminin: 50 chiffres pour savoir, comprendre, débattre et agir », 2015